Stephan Beneking : a contemporary piano composer to discover this year

Stephan Beneking : a contemporary piano composer to discover this year

Stephan Beneking is a talented german piano solo composer who shares his passion all around the world via Internet and who realy love to hear people play his work and give it their own colors. His pieces are neo-romantico-classics, and cross all degrees of difficulties. You can find each score of each of them on his website for free, or …for the price of a coffee…

Great pianists (teachers, interpreters,  composers…)  as Carlos Marquez, Hal Freedman, Paul De Clerk, Romeo Beck and Michael Hauber, have already interpretated many of his unique pieces.

I also invite you to support his work by buying one of his 9 great albums (and more to come)  on itunes

http://www.beneking.com

http://www.amazon.com/s/ref=nb_sb_noss?url=search-alias%3Ddigital-music&field-keywords=Stephan+Beneking
https://itunes.apple.com/us/artist/stephan-beneking/id583024858
http://beneking.bandcamp.com/

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Début des cours de piano pour débutants /Piano lessons for beginners (September 2013)

Capture.cartevisite-002

Inscription tout au long de l’année et dès le 1er septembre 2013.
Subscription along the year and starting from the 1th of september 2013

Pour tous contact, infos => treesandtravel@gmail.com

For all contact, informations & questions => treesandtravel@gmail.com

(leçons en français, lessens in Nederlands/English, rospràvam po slovensky tie

_______________________________________________________________________

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le Point de Vue…

Le Point de Vue de Mikael Colombu

(Traduction en français par Jolana Duricovà d’un article paru dans Features, Music le 23 mai 2011 à 8:37 pm)

 

Qui est Mikael Colombu? Un Français moyen de 36 ans avec des traits sombres qui aime être un père et passe son temps libre à se prélasser à la maison? Ce serait une description trop courte et trop commune pour ce garçon artistique. Directeur, Mikael s’aventure actuellement dans le siège de celui de réalisateur en infusant ses compétences de la photographie et des arts numériques. « Fondamentalement, je suis un créateur, j’ai toujours été un artiste », a-t-il expliqué lorsque nous avons récemment échangé quelques mots.

Avec les développements innovants dans les nouveaux médias révélés tout au long de ces années, les gens ont misé sur cette tendance en mettant toutes leurs compétences à table. « En débutant dans la publicité, j’ai pratiquement tout appris par moi-même à propos de ce« nouveau média » et j’ai été attiré par elle». Mikael voulait non seulement apprendre le métier, mais également mettre en valeur son travail. Par la création de sites et de la pige pour des agences de publicité durant une dizaine d’années, il s’est construit une réputation et un répertoire de l’industrie. Qu’attendent-ils? «Ils viennent me voir en espérant que je vais ressortir quelque chose de la boîte et être créatif». Mikael Colombu a fait largement ses preuves dans ses visuels les plus célèbres, comme dans « robots » de Bilal et la vidéo de Cee-Lo Green «Bodies». Aussi remarquable en termes d’originalité que dans le contenu et la forme, Mikael a trouvé sa propre voie dans ce travail visuel.

Déclarant qu’il aime la musique, il s’est rendu compte, après six ans passés à composer des rythmes, qu’il n’a j’amais été totalement satisfait de la façon dont cela fonctionnait. En essayant de trouver un lien entre l’art du son et son art visuel, Mikael Colombu s’est dirigé tout naturellement dans l’art de la video musicale , et y a évolué « en ce qui concerne la video, ce fut différent pour moi. J’ai commencé à en faire sans penser que j’en tirerais de l’argent. Je suppose que ce qui me manquait dans la publicité c’était d’avoir un contrôle , une certaine liberté. Ils vont te demander de pondre de grandes idées, pour ensuite castrer ta créativité . » Un artiste comme lui ne peut rester enfermé et n’aspire qu’à la liberté d’expression « Je voulais travailler avec des artistes et des chansons que j’aime, et espère pouvoir trouver un équilibre entre travailler avec des artistes en qui je crois et travailler pour des artistes plus connus pour qu’ils puissent me payer , ainsi tout serait équilibré ». Il est capable d’aller jusqu’au bout pour un artiste en qui il croit « Je désire mettre ma contribution au service de toute bonne musique qui a difficile à trouver son droit de jouer ».

 

Tout en capturant la video de « Bodies », de Cee-Lo, Mikael a expliqué son processus créatif : tout d’abord, entrer dans la chanson et la comprendre « je ferme les yeux et j’ai une image -tout vient petit à petit et en une fois, c’est comme si j’avais besoin d’un autre protagoniste pour cela ». Janelle Monae, Kerry Washington , y compris une« apparition d’épaule » de Karl Lagerfeld : je suis tombé en amour avec les éléments de la vie réelle qu’il a rajouté à la vidéo, tels que les yeux clignotants et les caractéristiques de la vie réelle intégrant le travail artistique. «Je ne sais jamais comment tout cela va évoluer- tout se fait plus précis, moins de collage, tout s’harmonise alors de plus en plus »!

Mikael a également avoué qu’il était un « grand paranoïac ». Du moment que tout cela ne finisse pas comme un Van Gogh qui se coupe une oreille, cela sonne plutôt bien pour moi « 

«Je suis sceptique et me demande toujours si quelqu’un essaie de me mettre un coup de poignard dans le dos … le monde de la publicité est toujours sujet à la manipulation et à la façon de se couvrir. » Il a continué un peu plus sur ses pensées sur le monde et si le numérique un jour ne fonctionne plus pour lui, il pourra avoir une sacrée carrière prometteuse en sciences politiques!

 

Chaque fois qu’il a un moment, Mikael Colombu aime prendre des petits formats juste pour maintenir le circuit en cours. Mikael a capturé l’intro « de Distance » du beat maker français Onra tiré de son du nouvel album.  » Cela me prend habituellement de 4 ou 5 minutes à un mois ou quelque chose comme cela quand c’est spontané et rapide. Je pense que c’est drôle de lancer quelque chose que les gens n’attrapent pas. J’aime le mystère, j’aime faire parler les gens « . Par exemple, beaucoup de gens parlent de la video de Bilal sur ​​un site appelé le «citoyen vigilant», un site de type extrême-gauche qui a posté la vidéo Bilal et a reçu 300 commentaires parlant tous de complot, de franc-maçonnerie, et de trucs auxquels Mikael prétend ne pas penser «Je connais très bien Bilal, et avant que nous avons fait la vidéo (Robots) nous avons parlé au sujet du concept pour juste essayer de suggérer aux gens de découvrir ce qui se passe réellement. Je pense que c’est cool quand vous rapportez une histoire et que les gens doivent se faire leur propre idée. « 

D’ici peu de retour aux Etats-Unis pour le travail, Mikael a du pain sur la planche. Bien sûr, il ne pouvait pas partager tout ça, mais je suis sûr que c’est quelque chose de massif. Il n’a laissé échapper qu’ un ou deux projets est en cours et qu’il travaille sur de nouveaux concepts qui contiennent du jamais vu. Tout ce que je peux dire, c’est : restez attentifs à ce qu’il fait!…

Source : http://thevonimanaffair.com/2011/05/23/from-the-vantage-point-of-mikael-colombu/

Sites de Mikael Colombu :

www.inluvwith.com

www.youtube.com/user/MikaelColumbu 

www.facebook.com/pages/MikaeColombu

www.twitter.com/mikael_colombu

En passant | Publié le par | Laisser un commentaire

The Weeknd shaped by Michael Colombu

This article is not mine. The original is published in french here  http://neoboto.com/interview-quand-mikael-colombu-faconne-the-weeknd/  and was made by Sipowitz.

This page is only a translation in english….

What it will  be revealed  to you below is the story of a perfect alchemy between a  musician and one who had the chance to make his first vision. The Weeknd and Mikael Colombu with their innovative contributions breathtaking in their respective fields have offered a nugget of picture and sound for « The Knowing. » You have been touched by the aesthetic power concentrated in just 8 minutes. You’re still having questions about the meaning and symbolism of the thickness of the Work. Nothing more normal, Mikael told NeoBoto why, and sheds light on his approach. You’re not ready.

Your reports are very similar to the animation, how is therefore a shoot with you, and more specifically this one?
For this type of realisation a shooting is relatively simple in the sense where it consists only in shots which I prefer to realize outdoor with a day light. I rarely have more than one assistant and if possible I work alone. A nearness upstream with the artist is the most important, just to get acquainted with the subject, to exchange and learn to know him. It is very cool generally. I ask the artist not to be surrounded too much if possible. We drink some rosé, we say bullshit and meanwhile I shot everything.

How do you create  a universe as this one?

I listen to  a lot of things and on certain pieces I block totaly. My spirit raves, it builds the  images. It became an emotional reaction. Then images appear to me very often as a kind of puzzle at stage zero. I have to put everything together and complete. It’s like  if everything already existed there,  scattered in my head, like a stuff already written.

The Weeknd is a singer who maintains a kind of mystery around his  image, we rarely see him appearing on the medias, can you speak to us about him and about his artistic personality?

Not obvious. He is a rather surprising  guy, and really a mystery (it is not just an image). One thing  is sure, he is artistically fabulous and very honorable; beyond all that I could  imagine about an artist’s of more coming from « r’n’b »…He is only 21 years old, he is rare, very beautiful from the inside and is everything, except what everybody can imagine about himself.
I will not reveale more about Abel Tesfaye. By respect for him. But I can say that I like him verry much,so artistically as on the personal plan. He is for me like a kind of « artistic Messiah ».

How take place your collaborations? Is it the artists who request you or the opposite?

It is a little both. I ofthen find a subtle means to suggest a collaboration. For The Weeknd that was made through a guy who knows everybody in the industry and especially a close relation of one of the producers of The Weeknd. He dropped an e-mail and in the minute I was on  the phone with Abel.
I was happy  because he is very requested and answers nobody, even if your name is Puff Daddy (I can certify this).

Do you collaborate only with artists whom you like? Cee-Lo Green, Bilal, Janelle Monae, The Weeknd .We can feel a qualitative selection …

I can only realize things  for artists who inspire me and it is especially true  for pieces which I like particularly.
« The Knowing » is a song which put me  tears in the eyes every time I listened to it . With this song, the idea came to me immediately.
After the clip of Cee Lo we made me beautiful proposals which I refused because I found the music to shit or because the artist was « too much produced ». It wasn’t a question of principles, I even didn’t found the slightest valid inspiration.

« The Knowing » is the first clip of The Weeknd, how do you feel the fact of being the first one to put images on his  artistic initiative?

« Blessed » as they say. A unique opportunity.

Can you tell us about the meaning of this clip? What did you want to tell?

It is the story of a woman, a supreme being, who created her own world. It  only lacks a thing that she does’nt dare to create from zero : a man. She decides to go to draw from an existing shap. But not to fall in love with an ideal, what would correspond to fall in love with her. She returns to the past in search of a male individual having a soul  and a heart with power similar to her and  started with her inspiration (Haile Selassie I). But she reincarnates him so that she can still make its own creation with some alterations. At least partially.
I don’t think  it  can work with a dreamed being. Thus rather she quickly  becomes aware that she is not in love with him and deceives him with a god on whom she has no influence. Informed about this treason, the reincarnated emperor decides to take revenge and made rape and kill her  three sisters. Bodies are delivered to him dismantled in a big jar and loving anger she splits her  (their) world into two. but it is not enough for her. She wants to annihilate his heart, which is the most powerfully  But  in every attempt the heart becomes more and more stronger and bigger than before and she gets lost.

Can you tell  us about some symbols or do reference which you inserted into this very complexe and rich clip? What is their importance for you?

It is just a vast metaphor of the quest for the love and of what returns very often the impossible love because the appearance or the prospect throws away(spoils) everything (for example).
Haile Selassie  is because Abel is of Ethiopian origin. But also because  all those years of famines which followed in the 80s deeply marked me when I was small and everything began following the reversal. Haile was a great man with a big heart worried about the good to be with  his people even if the end of its reign is open to criticism.
But the most important for me (where from the interest is to say a minimum about it and to leave whites)  is to provoke the interrogation,  to stimulate the spirits. I like when people construe  things in their way. I find that healthy to oblige them to ask questions. When we broadcast completely stupid and all already baked stuffs that a  sbarrow could  easely understand, on TV, for example, spirits are on standby.  This is what makes the powerful of this world they make us  upside down without any effort and that stays there like fools to let them make what they want,  sitting like fools and letting them do all they want.

What were your sources of inspiration?

The music is my most beautiful source of inspiration because it provokes big emotional discharges.
Then I am fascinated by the cinema, more particularly by science fiction and the art to transcent  the emotion by the image and the sound.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

 Les Poupées Gonflées font leur chemin

 Les Poupées gonflées sur scène au Théâtre de Verdure.

 

Il y a quelques années, une émission télévisée appelée « Les petits univers » et diffusée sur une chaine française, était consacré à Olivier Deck, un poète natif du Béarne et vivant actuellement dans les Landes, un homme au parcours et au chemin créatif très riche, possédant actuellement plus d’une corde à son arc et plus d’un tour dans son bagage artistique . De cet enregistrement, il reste encore sur le net une courte séquence reprenant les grandes lignes de cette émission, où l’on peut encore y voir, durant les toutes dernières secondes, assis dans un fauteuille, deux amis du poète. Le premier est musicien et dessinateur de bandes dessinées, et cette femme, là, tenant en main une guitare toute mini, c’est Valérie Charlot, la parolière d’un trio de filles peu ordinaire et sévissant sur la scène musicale sous le nom de « Poupées gonflées ». Oui, « gonflées », car il fallait oser!, pour s’appeler par un nom qui prête autant à curiosité qu’à confusion, et à ressortir de la poussière et de l’oubli des instruments aussi quasi inutilisés aujourd’hui en concert , comme le yukulélé et l’accordéon, et en n’hésitant pas une seule seconde à tirer des sons de tout ce qui peuvent leur tomber sous la main (cuillère, clés, tout est bon!)

Né d’une amitié de longue date et d’une rencontre heureuse, ce trio de femmes savent avec brio , avec beaucoup de poésie , et un torrent d’ingéniosités, nous faire aimer les mots et leur sens, leur sonorité, leur beauté, leur frivolité, leur sensualité, leur féminité, voir même leur allant les plus franc et leur regard perçant! car même sous leur plus aimantant mascarat, nos chères charentaises à talons ne perdent pas pour autant leur regard perspicace sur l’amour et les hommes. 

Les Poupées Gonflées est un jeune trio créé il y a trois ans. « Chansons pétillantes à voix frétillantes » est leur premier album. Dans un esprit cabaret très vivant, et totalement hors champ de ce qui se fait et se produit commercialement, cette alchimie artistique née entre ces trois artistes vaut plus que la peine d’être découverte. Toutes les trois chantes, mais…Valérie Charlot est la parolière, elle compose également la musique. Bebop est la grande blonde, accordéoniste, cuillèriste, colliériste…Elle a une voix bien à elle, avec ce quelque chose qui fait penser à Edith Piaf. Titi est celle qui soutient le tout avec sa basse, sa présence est indispensable! dans tous les plats que nous concoctent ces filles qui ont même réussi à me faire adorer l’accordéon!

Si vous désirez en savoir un peu plus, obtenir leur album ou vous tenir au courant de leurs prochains concerts, c’est par ici !

https://www.facebook.com/#!/pages/Les-Poup%C3%A9es-Gonfl%C3%A9es-chansons/148151221870684

http://ukulelelanguages.com/ukulele-album/ukulele-mais-qui-sont-les-poupees-gonflees/

http://www.youtube.com/watch?v=5O3z_MiGLLg

http://www.youtube.com/watch?v=x4BaqJoRPWE&feature=relmfu

En passant | Publié le par | Laisser un commentaire

Who is The Weeknd

« Who is The Weeknd? « 

This was  exactly  what I was asking to myself, in the same time I was asking  this same question to every people I met  last week.

But do I really have to  introduce you to him? , afther his participation in « Crew Love » Drake’s track?

And afther all those concerts  he gave  in Europe , Canada and U.SA ? Even if I didn’t heard about him before to discover the « Take Care » LP which made me discover  the amazing work of Woodkid and  in the same time, all the  Weeknd’s albums , this artist  that we are talking  about right now?

We here maybe should say that everything  started on a rainy day in Toronto, or by a mixtape of some  famous singers ‘s songtrack…And so it was.

But.. I don’t want to say what so many websites, fanpages and press people have already revealed.. So let me try to take another way for this.

It is not here only a question of R&B, it is not only about OVOXO spirit, revelations or other points of view and taste, even if  I also respect them all…It is mainly (and that’s what we should  all must  see first : this side of the personality, each time we’re interesting ourselves to every great artists) a question of creation, a question of beats, a question of lost or paradisiac love, a question of   life untill the death, a question of talent, music and all  what  it can suppose of  real engagements and real experiences. A question of voice, of pure essence.,which embrase all of the Tesfaye’s work.

« Why you rushing me baby

It’s only us around

I don’t wanna die tonight baby

so let me slip this slow

I’ll give you what you called for

Just let me get in my zone

[…]

So let me keep my eyes closed

[…]

                                     And I’ma lean till I fall, ooh yeah
And I don’t give a damn
I felt the ground before

I left it all behind, baby
I didn’t need no-one
But I’m here tonight baby
I’ve been alone for too long… »

http://www.youtube.com/watch?v=fDWM5sVhW3I

(The Weeknd , « The Zone ».  « Thursday »  album.)

To reveal who is the author of these lyrics is not so easy as it can seems at first sight.

And I invite you first to listen to all of Abel Tesfaye’s albums . And only afther that, you’ll maybe got one chance , taking  this way, to discover a little bit more from this incredible artist.

But is it really necessary to try to know him? His music is there, in the air, on tv, on radio…in our minds. It should be enough.

DYou really want me to talk you about The Weeknd? , So, let’s go….I’m gonna try . Let me first to fix and stop the time for a short moment, and project you somewhere, on a place wherefrom many Weeknd’s beats and tracks are drawing all their essence : Ethiopia , and, in a larger view : « Africa », this place of Earth wherefrom come so many blessed, so many talented artists lettin’ shining their star all around the world, but  not only…

Can you feel it?

Can you hear it? Can you breath that beat?…

« The Knowing », which comes from the first W-Nd album called « House of Balloons » (song for which the realisator Mikael Colombu worked on and created this well-inspired video http://vimeo.com/32644792 ) and « Next » (which you can listen there http://soundcloud.com/theweekndxo/the-weeknd-next ) are two of his compositions where the singer Abel Tefsaye gived to us- and without any possible doubt-the most beautifull voice that the world of music  artists have ever  been suggested to our ears sinds all of those couples of years. But not only…

Do you ear those so crazy arrangments, those crazy beats?, these crazy rythms?

Just listen to these two W-E ‘s songs, just close your eyes…and you’ll not think about anyone else, anything else, but only this ethiopian’s voice, those amazing rythms, this  heart theirselves,  that our ears could recognise and   feel without any hesitation in every part of those two incredible songs. Exactly what it makes all the beauty of the W-E’s music (but not only…)

Even in « Saturday » ‘s song http://soundcloud.com/theweekndxo/sets/the-weeknd-thursday-1. ..Even on « Life Of The Party » ‘s beats http://soundcloud.com/theweekndxo/the-weeknd-life-of-the-party , or in « The Birds » http://soundcloud.com/theweekndxo , a part of Abel is speaking to us, telling us stories, parties, realities, crews, boatshits, « lost »or « paradisiac » lovetrips, and he’s able to do it verry well… But if an artist get chance sometimes to be well surrounded and to have the opportunities to get encouragements by more famous hands, with Weekend’s music, it only can be this way because of his real talent, his real incredible voice . Because he always do so by his own maniere, with  his own gifted  personality

And that ‘s exactly what makes all the difference….

http://www.youtube.com/watch?v=yicrLoCdhr4&feature=related

Pages of the Weeknd :

http://soundcloud.com/theweekndxo

http://the-weeknd.com/

http://the-weeknd-xo.com/

J.D

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

CUPS OF « ROSé »( Collaboration Yoann Lemoine-Drake )

melancholia-explication

On se souviendra longtemps de ce fameux prélude créé par Lars von Trier au tout  début de son superbe et  dernier film en date : « Melancholia »;  où les images, véritables tableaux dignes des plus grands peintres,  défilaient devant les yeux des spectateurs  à  une lenteur dépassant la  limite extrême de ce qu’auraient pu supporter  les moins patients, les plus pressés , qui devaient  assurément se trouver face à l’EcranBlanc, cette année-là. Moi-même, découvrant pour la première fois les toutes premières secondes  de ce film dont j’avais tant entendu parler et qui avait déjà fait couler beaucoup d’encre, je m’étais dit: « mais qu’est-ce que je fous là!… ». Et soudain, passé les quelques minutes de ce temps , qui a dû durer des siècles !..et  qui semblait vouloir s’arrête , se mettre en suspend, voilà que vous  ne lâchez plus une seule seconde les yeux et votre esprit de cette pure poésie, de ces images, de cette musique, de cet instant cinématographique de toute beauté qui vous aimante et vous chamboule, et vous embarque comme aucun autre film n’a su le  faire auparavant, et de par cette si singulière manière.

Il fallait oser. Et créer. Il fallait l’ imaginer…

Si aujourd’hui le visuel de chaque chanson  -et cela,  quelque soient les besoins et les moyens marketings actuels auxquels les artistes se voient de s’obliger  ou de ne pas hésiter à s’en  donner  les moyens qui puissent exister) – a son énorme importance,  on ne pourrait , avec cet album, séparer le travail du réalisateur (Le superbe « Blue Jean » de Lana Del Rey, « Iron », de Woodkid (aka Yoann Lemoine himself) et à travers duquel on peut  retrouver la même importance, la même intensité  rythmique dans  « Take Care »), de celui du rappeur. La preuve : essayez de tenter l’expérience : écoutez le cd sans les images, tel que je le fais à l’instant même …Il y aura toujours, même sans cinéma,  ce don de la voix, des mots, des émotions révélées, cherchées et donnés, offerts du  plus profond de soi, qui ne peuvent naître que par le rythme, les sons, la  musique, l’inspiration, l’imagination . Comme un  véritable travail d’orfèvre.

http://www.dailymotion.com/video/xm7306_drake-rihanna-take-care-new-2011_music

Faites ensuite l’expérience de regarder le clip « Take Care » sans la musique…il manque bien quelque chose à l’image , n’est-ce pas? ce n’est plus du tout le même effet : c’est que Lemoine ne s’est pas fait un trip rien qu’à lui tout seul! (il aurait pu, et cela aurait été bien plus facile, mais nettement moins créatif). C’est qu’ici,  le cinéaste rentre  dans un rôle complet et qui lui sied à merveille : celui  de réalisateur, triplé de celui d’un homme qui voit comme les yeux d’un artisan photographe, et écoute, s’exprime, entend, demeure attentif comme les oreilles d’un compositeur, la voix d’un chanteur et  l’instrument d’un  musicien qui exploreraient en un seul homme à la fois  tous les possibles de l’univers créatif qui s’offrirait à lui. Ce qui rend les images du réalisateur extrêmement précieux, et donne à voir, à sentir, à comprendre ce que nous ne saurions saisir si elles étaient séparées de la musique et des mots (mais le 7ème art ne possède-t-il pas  aussi sa propre expression, son propre langage, ses mots, ses rythmes ?…)

http://www.dailymotion.com/video/xpyv7k_drake-ft-rihanna-take-care-official-video-hd-720p_music

Il n’est donc   pas question de ce cinéaste danois, mais bien d’une fusion, de la rencontre de  deux personalités, non  moins dépourvu de talent, dont l’important et intense  travail qu’ils ont pu entreprendre  et mener , chacun  entouré de toute l’équipe de « Take Care »,  a laissé son emprunte jusqu’à cette pochette de l’album,  qui déjà intrigue au premier coup d’oeil, et parle d’un autre projet déjà existant, mené par Drake, portant cette même silouhette de totem : – coupe en or, oiseau de nuit, décor (où est assi, un peu en retrait,  à l’écart et dans un coin, le chanteur), tableaux que l’on devine, un  chandelier allumé, cette impression d’être , de se trouver dans un tout autre temps, d’être catapulté vers une autre époque. Cette atmosphère qui y est suggéré, sensuelle, chaude, chargée, ainsi que cette idée de profonde réflexion, d’introspection, d’ arrêt, d’immobilité, de plongée en soi …  Ici, le ton est donné d’emblée.

http://pitchfork.com/reviews/albums/16039-take-care/

Tout dans cet album est à prendre et à réécouter encore, et encore, avec cette sensation si grisante que l’on a, cette  chance et ce bonheur que l’on ressent parfois, lorsque la musique est bonne, le rythme est bon, lorsque l’on en découvre pas à pas, lentement, tout  le contenu : car plus on  fait jouer cet album du rappeur canadien, plus on aime chaque track qui compose l’ensemble .  De Crew Love ( dont le début me fait catapulter dans le temps jusqu’à ce fabuleux  « Wishing On A Star », de Rose Royce..)  à Headlines, en passant par Underground Kings, Over My Dead Body, « Marvin’s room » (dont  la référence au chanteur trouve son écho jusque sur  la pochette même de l’album), Practise, We’ll Be Fine, Shot for Me, Hate Sleeping Alone,  ou encore Take Care, video pour laquelle le cinéaste français  y  orchestra; et, quelque soient les voix qui y ont pu poser leurs empreintes et répondre à celle de Drake (Rihanna, Nicki Minaj, Lil Wayne, ), cet album offre une unité, une fluidité incroyable.

Il y a dans « Take Care » quelque chose de sauvage, d’animal, qui touche quelque chose de profondément ancré en nous, en l’humain, et que la société  a trop souvent tendance  à oublier. Une sincérité certaine trop souvent mis de côté.

« Marvin aimait la pluie et le vent, la sincérité de la mer. », écrivait ce Belge passionné de soul Freddy Cousaert, chez qui le chanteur, alors profondément dépressif , vécu durant pas mal de temps,  avant de repartir à nouveau, pour Los Angeles, au moment du succès de Sexual Healing…C’est exactement cette « sincérité »-là , des éléments , du monde végétal et animal qui nous entoure,  que l’on le retrouve  dans « Take Care »,  dans ce « sauvage »,  ces êtres à l’état pur, à l’état brut qui touche quelque chose de profondément ancré en nous, en l’humain, et que la société  a trop souvent tendance  à oublier. Une sincérité certaine trop souvent mis de côté. On ne peut demeurer indifférent à ce genre de paroles, de vérité-là…

Deux artistes donc à suivre , avec de belles créations,

de belles échappées en perspective.

Le site du  chanteur-compositeur-réalisateur : http://www.yoannlemoine.com/

Celui de l’artiste canadien Drake :

http://www.drakeofficial.com/

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire